22 avril 2006

Poéme à l'aimée

...en vérifiant les mots-clés de la Barquette, j'ai vu qu'un visiteur (teuse?) était arrivé ici par "poéme sur les geisha". J'ai pensé à ce tout petit texte écrit il y a bien longtemps, pas très abouti malgré sa double-rime. Mais pas laid quand même.

geisha

.

Oh ta nuque pâle, ta tête inclinée,
Grâce de vestale lorsque tu sers le thé.
Ta nuque d’opale sur laquelle s’est posé
Un délicat pétale, de fleur de cerisier
Sa blancheur végétale ne sera jamais
Que charbon sale, sur la neige jeté
A ton cou lilial, rien ne se peut comparer.

.

Théo 2003

Posté par DorianeGray à 13:24 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


Commentaires sur Poéme à l'aimée

    un très jolie "cou" d'essai tout de même Théo...
    bises

    Posté par lio, 23 avril 2006 à 08:55 | | Répondre
  • Oui, un peu facile et lourdaud quand même. Mais bon je ne vais pas renier tous mes essais maladroits d'apprentie poéte.

    Posté par Théo, 23 avril 2006 à 10:49 | | Répondre
  • L'important n'est ni la beauté des rimes ni la beauté des mots, mais ce que le poète fait passer dans ses paroles et ce poème sent la délicatesse ... c'est joli.

    Posté par neurhone, 23 avril 2006 à 22:06 | | Répondre
  • Assez d'accord avec Neurhône, Théo. Sans compter que les mots sont bien dans le ton et l'ambiance.

    Posté par lio, 24 avril 2006 à 09:28 | | Répondre
  • ...vous croyez? Chuis terrible, une perpetuelle insatisfaite!¨Pour la peinture c'était pareil: je ne voyais que ce qui était raté dans mes toiles et mes pastels alors que tout le monde s'extasiait! Dur d'être "extra-lucide" mdrrrr!! ;p

    Merci mes gentils co-passagers!

    bisous

    Posté par Théo, 24 avril 2006 à 10:16 | | Répondre
Nouveau commentaire